eduMedia eduMedia RSS http://www.edumedia-sciences.com Mon, 18 Dec 2017 19:28:52 +0100 <![CDATA[Les planètes]]> Le Soleil et les corps célestes qui gravitent autour constituent le "système solaire". Le Soleil concentre à lui seul 99,8% de la masse totale du système solaire au complet. Parmi les corps qui orbitent autour du Soleil, nous pouvons recenser par ordre d'importance :

  • les huit planètes (Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune).
  • 175 "Lunes" qui orbitent autour de ces planètes,
  • des planètes naines (comme Pluton ou Cérès).
  • des milliards de petits corps (astéroïdes, comètes, planétésimaux, poussières), principalement dans la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter et au-delà de Neptune (ceinture de Kuiper, et nuage d'Oort).

Les grands télescopes et les missions spatiales font évoluer notre connaissance du système solaire. De nouveaux corps sont découverts que nous classons selon une nomenclature de plus en plus précise. Ainsi, Pluton découverte en 1930, fut considérée comme la neuvième planète du système solaire, mais l'Union Astronomique Internationale déclassa Pluton en "planète naine" en 2006 faisant revenir le nombre de planètes de notre système solaire à huit. Un autre exemple est la découverte d'anneaux et même d'arcs autour de Neptune et Uranus.

Il existe vraisemblablement des milliards de systèmes stellaires comme le système solaire dans notre galaxie (la Voie Lactée) et dans d'autres galaxies.

Les proportions des planètes devant le Soleil dans le menu de gauche sont respectées. L'apparence de Jupiter est simplifiée. Les mouvements des masses "nuageuses" sont plus complexes que ne laisse imaginer l'animation: Pour preuve cette séquence de photos prise par Voyager 1 en approche 

Sélectionner une planète dans le menu de gauche. Cliquer puis faire glisser pour pivoter.

Crédits textures planètes : http://planetpixelemporium.com/planets.html

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/903-les-planetes Fri, 15 Dec 2017 11:56:47 +0100
<![CDATA[Lire un calendrier]]> Cet outil interactif permet de naviguer de façon intuitive dans un calendrier. Il est alors simple de définir les périodes "Année", "Mois", "Semaine" et "Jour". 

Les phases de la Lune, les principales fêtes et les principaux évènements du calendrier sont indiqués à titre informatif. Noter que les équinoxes (Printemps, Automne) et les solstices (Été, Hiver) ne sont valables que pour l'hémisphère nord. Il faut inverser ces termes pour les habitants de l'hémisphère sud.

Cette animation est le support visuel idéal pour accompagner l'enfant dans son apprentissage et répondre aux questions types :

  • Quel jour sommes-nous ? Quelle est la date aujourd'hui ?
  • Combien y a-t-il de mois dans l'année ?
  • Quelle date serons-nous demain ? Quelle date étions-nous hier ? Hier nous étions mardi, quel jour serons-nous demain ? 
  • Combien comptes-tu de semaines complètes en mars ? Combien comptes-tu de Lundi en mars ?
  • Le 26 septembre est un "mardi" ? Quel jour sera le 26 octobre ?
  • Les vacances débutent le 28 mars et se terminent le 6 avril. Combien de jours durent les vacances ?
  • Quelle saison succède à l'hiver ?
  • Que se passe-t-il le 11 novembre ?
  • Quel jour commence l'année ?
  • Quel jour de la semaine es-tu né ?
  • etc.

Cliquer sur les boutons [next-image] ou [previous-image] pour avancer ou reculer dans le calendrier.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/907-lire-un-calendrier Fri, 24 Nov 2017 00:00:00 +0100
<![CDATA[Chiffres romains]]> Les chiffres romains s’écrivent à partir de 7 symboles combinés entre eux. Les symboles étaient à l’origine des signes graphiques maintenant confondus avec les lettres I, V, X, L, C, D, M.  Chaque symbole représente une valeur numérique, respectivement 1, 5, 10, 50, 100, 500, 1000.

D’autres nombres sont formés en combinant plusieurs symboles ensemble, en respectant des règles d’addition ou de soustraction. En numération romaine, les nombres s’écrivent de la gauche vers la droite.
En règle générale, les symboles sont rangés par valeur décroissante.

La valeur du nombre se déduit en additionnant les valeurs associées à chaque symbole : MMDCCLXXVII représente le nombre 2777 (1000 + 1000 + 500 + 100 + 100 + 50 + 10 + 10 + 5 + 1 + 1).

Les règles de soustraction s’appliquent uniquement aux symboles I, X et C. Ceux-ci peuvent être placés avant 2 symboles de valeur supérieure et seulement 2. Dans ce cas la valeur de I, X ou C se retranche à celle du symbole qu’il précède. 

  • Le symbole I peut être placé devant les symboles V et X : IV représente le nombre 4 (5-1), IX représente le nombre 9 (10-1).
  • Le symbole X peut être placé devant les symboles L et C : XL représente le nombre 40 (50-10), XC représente le nombre 90 (100-10).
  • Le symbole C peut être placé devant les symboles D et M : CD représente le nombre 400 (500-100), CM représente le nombre 900 (1000-100).
]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/906-chiffres-romains Fri, 24 Nov 2017 00:00:00 +0100
<![CDATA[Animal, végétal, minéral]]> Ce jeu est pertinent si vous avez au préalable définit ce que sont un animal, un végétal et un minéral avec des exemples non transformés. En effet, les propositions ci-dessus sont toutes (ou presque) des matières et substances transformées.

La première étape consiste à définir les termes "animal", "végétal" et "minéral" (exemples à l'appui soit lors d'une sortie, soit avec des images) : 

  • Un minéral est une matière non vivante, souvent solide. Ex : du sable, une roche. Un minéral ne se déplace pas, ne respire pas, ne se reproduit pas.
  • Un végétal est un être vivant qui n'a besoin que de terre, d'eau et de lumière pour vivre et se développer. Un végétal ne se déplace pas ou très peu mais il se reproduit et respire. Ex : un arbre, une algue.
  • Un animal est un être vivant qui a besoin de manger pour se développer. Souvent (mais pas toujours) un animal se déplace pour trouver sa nourriture. Ex : une fourmi, un têtard. Un animal se reproduit et respire.

La seconde étape consiste à trouver des sous-produits ou des parties d'un animal, d'un végétal et d'un minéral (exemples à l'appui).

  • La lave (roche fondue), le sable (roche concassée) ou un galet (roche érodée) sont trois exemples de minéraux car issus de la roche qui est un minéral. 
  • Un fruit, une feuille, une graine, une fleur sont des parties d'un végétal.
  • Une plume, un parchemin (peau d'animal), l'encre (de la seiche), les osselets sont tous d'origine animale car ce sont des parties d'animaux.

La dernière étape est celle de l'animation eduMedia. Elle consiste à découvrir l'origine animale, végétale ou minérale d'objets transformés par l'homme (ou l'animal). C'est donc une démarche d'investigation qu'il faudra mener avec l'élève pour remonter jusqu'à l'origine du produit.

  • Une cannette est en aluminium. C'est un métal extrait d'un minerai (la bauxite) et transformé par l'homme dans une usine métallurgique. Son origine est donc minérale. C'est aussi le cas du sel qui est un minéral dissout dans l'eau de mer que l'homme extrait par évaporation.
  • Un meuble est un assemblage de planches de bois sculptées par l'homme. Ce bois provient exclusivement du tronc d'un arbre. Son origine est donc végétale. De même pour l'huile de tournesol ou le sirop d'érable qui proviennent respectivement de graines pressées et de sève bouillie. 
  • Le cuir d'une chaussure provient de la peau d'un animal préparée dans une tannerie puis cousue. Un fromage est aussi d'origine animale car constitué de lait fermenté puis affiné.

Crédit photos. Toutes les photos proviennent du site Pixabay (licence CC0 1.0) sauf le sucre (CSIRO - Licence CC BY 3.0), le corail (NOAA Photo Library - Public domain), le verre (Tout droits réservés Verre-avenir)

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/904-animal-vegetal-mineral Thu, 09 Nov 2017 00:00:00 +0100
<![CDATA[Planche de Galton]]> La loi normale est une des lois de probabilité permettant de modéliser des phénomènes naturels issus de plusieurs événements aléatoires.

Visiter ce très bon site (en anglais) de David M. Lane, Rice University.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/905-planche-de-galton Mon, 30 Oct 2017 00:00:00 +0100
<![CDATA[Quiz Représentation d'un nombre]]> Un nombre est un concept mathématique qui définit une quantité. Il peut se représenter sous plusieurs formes :

  • une suite de chiffres ayant chacun une valeur de position,
  • une combinaison de mots,
  • une décomposition en base 10 (nombre de centaines, nombre de dizaines, nombre d’unités),
  • un ensemble de symboles graphiques : un cube représente l’unité, une barre de 10 cubes représente la dizaine, une plaque de 10 barres ou 100 cubes représente la centaine.

Cette animation est un générateur aléatoire de nombres entre 0 et 999. Chaque question consiste à associer deux représentations équivalentes d’un même nombre.  

Pour une progression dans l’apprentissage, quatre intervalles de nombres sont proposés. Le modèle de représentation du nombre peut être figé aussi bien au niveau de la question que de la réponse.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/901-quiz-representation-dun-nombre Thu, 26 Oct 2017 00:00:00 +0200
<![CDATA[Dénombrement]]> Dénombrer une collection consiste à énumérer tous ses objets sans en oublier, sans en compter certains deux fois. 

Un nombre est un concept abstrait qui définit une quantité. Il ne dépend ni de la nature des éléments dénombrés ni de l'ordre de comptage.

Un nombre s'écrit à partir de 10 symboles, nommés chiffres (0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9). 

Le comptage peut s'effectuer en identifiant les objets un par un, ou en les regroupant par paquets. 

Cette animation permet d'introduire ces différents concepts :

  • collection aléatoire d'objets, 
  • pointage individuel de l'objet : déplacer un objet pour le mémoriser (mise en place d'une procédure de séparation), 
  • création d'ensembles : regrouper les objets et entourer des paquets, 
  • identification de chaque ensemble par son étiquette du nombre. 
]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/900-denombrement Tue, 17 Oct 2017 00:00:00 +0200
<![CDATA[Marées]]> Cette séquence d'images montre les effets de la marée sur le littoral.

  • Lieu : Bretagne - Côte d'Armor (France)
  • Coefficient de marée : 87 (sur une échelle dont le maximum est 120)
  • Basse mer : 3:02 - 15:18
  • Pleine mer : 9:04 - 21:18
  • Marnage: 9 m

La marée est la variation de la hauteur du niveau des eaux d'une mer ou d'un océan. La force de gravitation combinée de la Lune et du Soleil en est la principale cause. L'amplitude de la marée peut  se mesurer avec le "marnage" qui est la différence de hauteur entre la pleine mer et la basse mer.

L'amplitude du phénomène n'est que de 1 m en plein océan et il ne dépasse pas 20 cm dans une mer fermée comme la mer Méditerranée mais il atteint 10 m et plus à certains endroits de la Terre. En effet la forme du littoral peut amplifier ce phénomène. C'est le cas dans la baie de Fundy (Canada), la baie de Mont Saint Michel (France), Puerto Gallegos (Argentine) qui affichent des marnages de 15 m et plus pendant les marées à forts coefficients.

L'animation phénomène des marées  illustre l'influence du Soleil et de la Lune sur le phénomène des marées.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/899-marees Thu, 14 Sep 2017 00:00:00 +0200
<![CDATA[Quiz Fractions]]> Cette animation est un générateur de problèmes aléatoires sur les fractions. Il permet à l'enseignant de renforcer les notions fondamentales et à l'élève de tester ses connaissances.

Les deux cadres doivent représenter le même nombre.

Une fraction peut-être représentée par :

  • son expression littérale (trois quarts),
  • son écriture mathématique (3/4),
  • un graphique (portion d'une barre ou d'un disque),
  • une partie d'une collection d'objets.

Cinq types de questions combinent de façon aléatoire deux représentations d'une même fraction. Toutes les combinaisons possibles sont proposées par ordre de difficulté croissante. Le cadenas permet de figer un type de question. 

Les objets d'une collection peuvent être déplacés pour réaliser des paquets. 

Cliquer sur les zones actives pour répondre aux questions. Les deux cadres doivent représenter le même nombre. Déplacer les éléments pour former des paquets. Cliquer sur le bouton "Retour à zéro" pour une nouvelle question. Cliquer sur le cadenas pour figer un type de question.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/896-quiz-fractions Sun, 10 Sep 2017 00:00:00 +0200
<![CDATA[La mesure du temps]]> Ce jeu permet de classer et comparer les principales unités de temps. Les durées les plus courtes sont placées à gauche, les plus longues à droite.

L'étiquette grise indique la relation (approximative) entre deux unités de temps :

  • 1 heure = 3600 secondes
  • 1 mois = 30 jours (préciser que certains mois comptent 28, 29 ou 31 jours)
  • 1 année = 365 jours (préciser que les années bissextiles en comptent 366)
  • 1 millénaire = 10 siècles ou 1000 ans
  • etc.

Après avoir classé toutes les unités proposées, le jeu se poursuit avec des étiquettes représentant des instruments de mesure du temps ou des images caractéristiques d'une unité de temps. Ces étiquettes se placent sous les unités correspondantes sachant qu'une unité peut avoir plusieurs étiquettes et qu'une étiquette peut se placer sous plusieurs unités.

En complément avec de ce jeu, eduMedia propose plusieurs fiches pédagogiques sur ce thème de la mesure du temps, ainsi qu'une version imprimable de ce jeu de cartes.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/897-la-mesure-du-temps Thu, 10 Aug 2017 00:00:00 +0200
<![CDATA[Onde transverse électro-magnétique]]> Onde transverse électromagnétique (TEM). Cette configuration correspond à la polarisation rectiligne. On notera la dépendance entre longueur d'onde et fréquence puisque leur produit (nommé vitesse ou célérité) reste constant.

Cliquer puis faire glisser le slider pour modifier la fréquence ou la longueur d'onde.

]]>
http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/222-onde-transverse-electro-magnetique Tue, 04 Jul 2017 15:37:35 +0200
<![CDATA[Terre interactive : Montagnes et déserts]]>
  • Où se trouvent les grands glaciers ?
  • Y a-t-il une relation entre la position des déserts sur la Terre et leurs latitudes ?
  • Y a-t-il des montagnes sous les océans ?
  • Cette animation issue de la collection Terre Interactive illustre de façon originale la géographie de notre planète.

    Sélectionner et superposer les vues qui vous intéressent puis faire pivoter le globe.

    Cliquer sur "Projection 2D" pour passer de la vue 3D à une carte 2D.

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/895-terre-interactive-montagnes-et-deserts Wed, 31 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[Bilames]]> C'est au niveau atomique qu'il faut chercher l'explication de la dilatation thermique de la matière. L'énergie thermique contenue dans les atomes s'exprime sous forme d'une vibration autour de leur position moyenne. Cette vibration dépend de la température et du voisinage atomique. Une variation de température a pour effet de modifier le volume. Cette propriété s'applique à toute matière (solide, liquide, gaz). Elle explique en partie la montée du niveau des océans dans le cas du réchauffement climatique, l'envol des montgolfières quand on chauffe l'air qu'elles contiennent, et l'inclinaison de la tour Eiffel de plusieurs centimètres dans une direction opposée du Soleil.   

    Cette propriété de la matière est caractérisée par un coefficient de dilatation thermique. La formule ci-dessous correspond à une dilatation linéique : 

    ΔL = α . L. ΔT

    • ΔL la variation de longueur en mètre (m) ;
    • α le coefficient de dilatation linéique (en K -1 ou en °C-1) ;
    • L0 la longueur initiale en mètre (m) ;
    • ΔT = T - T0 la variation de température (en K ou en °C).

    La différence dans les coefficients de dilatation de deux métaux explique que le bilame se courbe du côté où le coefficient de dilatation est le plus faible. Cette propriété est exploitée dans de nombreux dispositifs comme l'interrupteur thermosensible (voir l'animation alarme incendie). Cette torsion est d'autant plus importante que le bilame est long. C'est cette amplification qu'on recherche avec un bilame de forme spiralée comme ceux utilisés dans certains thermomètres.

    Ce phénomène de dilatation thermique n'est pas très perceptible sur de petits objets. Il doit par contre être considéré sur les grandes structures comme les ponts, buildings, ou même une grande masse d'air ou d'eau.

    Faire glisser deux lames sur la scène pour réaliser un bilame.

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/894-bilames Thu, 25 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[La droite numérique]]> La droite numérique est un axe gradué ayant pour origine 0 et orienté vers la droite. Les nombres positifs sont placés à droite du 0. Plus ils se situent loin du 0, plus ces nombres sont grands. Les nombres négatifs sont placés à gauche du 0.

    Cette animation permet d’explorer la droite numérique des petits aux grands nombres, positifs ou négatifs, entiers ou décimaux. 

    Le pas de la graduation peut être choisi unitaire ou variable. L'option "Graduation aléatoire" nécessite de calculer le pas de la graduation avant de placer l'étiquette sur la droite.

    Faire glisser l'étiquette le long de la droite numérique.

    Déplacer les limites de la droite en plaçant l'étiquette à ses extrémités. 

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/892-la-droite-numerique Tue, 23 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[Alarme incendie]]> Un bilame consiste en deux lames métalliques rivetées ou soudées ensemble dans le sens de la longueur. Les deux lames sont faites de deux métaux différents ayant des coefficients de dilatation thermique différents. Une variation de température provoque une déformation du bilame. La déformation est d'autant plus importante que la longueur du bilame est grande. C'est ce qu'on peut observer sur des bilames enroulés en spirale :

    Comme il s'agit de métaux, il suffit que l'un des deux soit suffisamment bon conducteur pour pouvoir exploiter cette propriété dans un circuit électrique. Le bilame devient alors un interrupteur qui réagit en fonction de la température. On retrouve des bilames dans des disjoncteurs, des alarmes incendies, des ampoules clignotantes et des thermostats.

    Voir aussi l'animation eduMedia "bilame".

    Approcher la source de chaleur du bilame.

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/893-alarme-incendie Tue, 16 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[Engrenage et transmission par chaîne]]> Comment transmettre l'énergie de rotation d'une roue à une autre ? Cette simulation illustre deux possibilités : 

    1. L'engrenage
    2. La transmission par chaîne

    Un engrenage est un système mécanique composé de deux roues dentées imbriquées l'une dans l'autre. Les deux roues sont en contact et à tout instant une dent de la roue motrice pousse une dent de la roue entraînée. La roue motrice transmet ainsi de proche en proche son mouvement de rotation à la seconde roue, mais les roues tournent en sens contraire.

    La transmission par chaîne permet de relier deux roues éloignées. Contrairement à une courroie, une chaîne constituée de maillons permet une transmission sans glissement. Les roues tournent dans le même sens.

    Dans les deux cas, la vitesse de rotation de la roue entraînée dépend de la dimension des deux roues.

    Sélectionner le nombre de dents pour chacune des roues.

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/724-engrenage-et-transmission-par-chaine Fri, 12 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[L'avion]]> Cette animation fait apparaître les 4 forces qui agissent sur un avion en vol. Dans le cas d'un mouvement uniforme, la somme vectorielle des forces est nulle.

    La force de poussée à donc une double action: Elle vient contrer la force de frottement (trainée), mais elle est provoque aussi la portance qui maintient l'avion en l'air.

    La circulation de l'air à haute vitesse, et la forme particulière des ailes permettent de générer la force de portance.

    Si la poussée diminue, l'avion ralenti et sa portance diminue également.

    Cliquer sur "Panne moteur" pour simuler une perte de vitesse.

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/11-lavion Thu, 11 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[Terre interactive : Courants marins]]> Les courants marins sont de grands mouvements d'eau de mer. Ce sont des mouvements cycliques qui s'étalent sur des milliers de kilomètres. Les scientifiques distinguent deux grands types de courants:

    • La circulation de surface (dans la limite des 300 premiers mètres de profondeurs)
    • La circulation thermohaline ou courants profonds.

    De nombreux paramètres influencent ces courants:

    • Les vents (pour les courants de surface)
    • La température de l'eau
    • La salinité de l'eau (directement liée à sa densité)
    • Le relief sous-marin et la forme du littoral

    Les courants océaniques jouent un rôle majeur pour expliquer les climats sur Terre. Les scientifiques redoutent que le réchauffement climatique perturbe ces énormes régulateurs climatiques que constituent les courants marins. On cite souvent le cas du Gulf Stream (Atlantique nord) qui explique à lui seul le climat tempéré de l'Europe de l'ouest. Un ralentissement ou un arrêt du Gulf Stream provoquerait une modification profonde du climat de toute cette région.

    Les courants marins influencent aussi les cycles biologiques de nombreuses espèces marines du fait d'un approvisionnement en plancton saisonnier. Les animaux migrateurs utilisent ces "corridors écologiques".

    Les courants de surface forment à la surface du globe de grandes boucles appelées "gyres océaniques". Ce sont des courants qui s'enroulent dans le même sens que les vents dominants. C'est la force de Coriolis (une conséquence de la rotation terrestre) qui explique que ces courants sont dans le sens horaire dans l'hémisphère nord et le sens antihoraire dans l'hémisphère sud. C'est au centre de ces gyres que se concentre toute sorte de déchets flottants après un périple de plusieurs milliers de kilomètres.

    Cliquer sur "projection 2D" pour commuter de la vue interactive 3D à une vue cartographique 2D. Crédits: NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration)

    Sitographie:

    • Courants océaniques: http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/mathieu-rancourt/2016/03/17/courants-oceaniques
    • Benjamin Franklin et le Gulf Stream (en anglais): https://www.nha.org/library/hn/HN-v44n2-gulfstream.htm
    • La première carte du Gulf Stream par Benjamin Franklin: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Franklingulfstream.jpg
    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/890-terre-interactive-courants-marins Thu, 04 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[Terre interactive : Climats]]> L'étude moyennée de nombreux paramètres comme la température, les précipitations, les vents, la pression, l'ensoleillement sur une grande période de temps (ex: 30 ans) permet de distinguer et classer les différents climats de différentes région de la Terre. Le climat d'une région ne doit pas être confondu avec la météorologie de cette région puisque cette dernière n'étudie que l'évolution à très court terme de ces paramètres (quelques jours).

    Les causes responsables de la grande disparité des climats sont nombreuses et complexes. Une des principales est l'ensoleillement inégal des régions de la Terre en fonction de leur latitude et le fait que cet ensoleillement change au cours de l'année du fait de l'inclinaison de la Terre (voir les animations eduMedia sur le thème des saisons). D'ailleurs, le mot "climat" vient du Grec "Klima" qui veut dire "inclinaison".

    Cette animation permet de visualiser l'ensemble des climats de la Terre, ainsi que le caractère saisonnier de la couverture végétale et de la couverture neigeuse.

    Cliquer sur "projection 2D" pour commuter de la vue interactive 3D à une vue cartographique 2D.

    Crédits: NOAA Climate.gov (National Oceanic and Atmospheric Administration)

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/891-terre-interactive-climats Wed, 03 May 2017 00:00:00 +0200
    <![CDATA[Terre interactive : Géodynamique]]> À quoi ressemblait la Terre il y a 200 millions d'années ? Existe-t-il une relation entre tremblement de terre et volcanisme ?

    Cette simulation permet de comprendre la relation qui existe entre la théorie de la tectonique des plaques (mouvements de la lithosphère sous l'effet de forces internes à la Terre) et la localisation des séismes, du volcanisme, et des chaînes montagneuses.

    Cliquer sur "projection 2D" pour commuter de la vue interactive 3D à une vue cartographique 2D.

    ]]>
    http://www.edumedia-sciences.com/fr/media/889-terre-interactive-geodynamique Tue, 11 Apr 2017 00:00:00 +0200